Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un Journal Présenté Par :

  • la carne
  • Blog complètement partial garanti sans OGM ni carte de presse. On a son honneur, tout de même.
  • Blog complètement partial garanti sans OGM ni carte de presse. On a son honneur, tout de même.

Météo


Si t'as froid l'hiver, brûle un ministère.

Si l'hiver est dur, brûle une préfecture.
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 06:59

BONHEUR

 

Linguistique

 

Masculin, nom commun, surtout pour les autres.

Etymologie : bonheur est composé de bon, qui vient de bonus et veut dire "enculé de trader", et de heur qui vient de augurium et veut dire "et si on te lisait un peu dans les entrailles, pour voir quand la crise va finir ?".

Emploi : à l'instar des cons, on peut répartir les bonheurs en petits et grands. La langue populaire n'a pas voulu retenir d'autres analogies telles que "gros bonheur" ou "sale bonheur", bien que c'eût été source de délices intellectuelles sans fin que d'en exploiter les aboutissants. Le contraire de bonheur est malheur et c'est pas Gustav qui va me contredire.

Expressions usuelles :

"Le malheur des uns fait le bonheur des autres" (Goldmann-Sachs)

"C'est que du bonheur" (Endemol)

"Aï, demann, faut qué yé mé lève dé bonheur" (Luis, maçon en intérim)

 

 

Topologie

 

Nous l'avons vu, il existe des petits et des grands bonheur. Certaines occurences tangentes sont depuis toujours l'objet de batailles savantes fameuses. Par exemple, démolir la gueule d'un banquier doit-il être classé dans les petits ou dans les grands bonheur de l'existence ? A l'heure actuelle, le statu quo consistant à dire : "Ca dépend de l'importance du découvert" semble prévaloir. Preuve supplémentaire que nous vivons dans un monde tiède et fadasse.

 

Les petits bonheurs, comme les petits cons, prêtent à sourire de manière quasi universelle. Ils font plaisir à voir. Retirer ses chaussures neuves après une longue journée de shopping est un parfait exemple de petit bonheur, comme l'est l'arrivée à l'heure du RER D en gare de Draveil. Le sourire subséquent du bénéficiaire est résolument communicatif. Surtout sur le quai de Draveil.

 

Les grands bonheurs, comme les grands cons, divisent l'opinion publique. L'attitude à leur égard est partagée entre la béatitude crasse et bavante des gens concernés, le sourire goguenard en demi-teinte des témoins directs, et l'odieuse jalousie des autres. Le mariage (la cérémonie, pas la période d'ennui médiocre et hypocrite qui la suit) est à ce titre un grand bonheur.

 

 

Histoire

 

On trouve moins de traces de bonheur dans l'histoire que dans mon caleçon. Malgré tout, certains récits historiques lui laissent une place de choix. Au bonheur, pas à mon caleçon. Curieusement, les chroniques ne parlent que des grands bonheurs (c'est à croire que tous les historiens ne sont que d'odieux jaloux), pas des petits, à l'exception de l'épisode du Vase de Soissons où l'on imagine aisément le petit bonheur de Clovis éclatant la tête de son soldat négligent.

Cette carence de l'histoire en petits bonheurs est inexplicable tant ils ont compté au cours des grands événements, parfois en creux comme quand Hitler, dans l'impossibilité de retirer le caillou coincé dans sa chaussure, décida d'envahir la Pologne. 

Sans les petits bonheurs, la grande Histoire eût été toute autre.

Les grands bonheurs, en revanche, ont enfanté bon nombre d'imbéciles heureux qu'on retrouve tout au long des manuels d'histoire.

 

 

Physiologie

 

Les manifestations physiques du bonheur sont diverses. Elles vont de la plénitude béate que tout être normalement constitué a envie de faire ravaler à celui qui l'arbore à grands coups de DocMartens coquées dans les gencives, jusqu'aux manifestations exultantes de joie vulgaire qu'on peut voir aux stades quand l'un des vingt-deux benêts a poussé le rond dans la boîte.

Lorsque quelqu'un est victime du bonheur, il est poussé malgré lui à des élans de commisération et de charité ; bref, il devient catholique. En général, c'est le début de la vieillesse.

Par conséquent, les gens heureux saccagent les efforts du gouvernement pour sauver les retraites.

Il faut donc fusiller les gens heureux, voire les déporter dans "Loft Story" pour les plus incurables.

 

 

Conclusion

 

En conclusion, on peut dire que les grands bonheurs sont moins rares que les communistes. Mais eux, ils s'en foutent, c'est le grand soir qu'ils attendent.

Partager cet article

Repost 0

commentaires