Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un Journal Présenté Par :

  • la carne
  • Blog complètement partial garanti sans OGM ni carte de presse. On a son honneur, tout de même.
  • Blog complètement partial garanti sans OGM ni carte de presse. On a son honneur, tout de même.

Météo


Si t'as froid l'hiver, brûle un ministère.

Si l'hiver est dur, brûle une préfecture.
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 08:11

ELECTEUR

 

Linguistique

 

Le mot "électeur" est un néologisme récent formé à partir de "lecteur", celui qui lit, et le préfixe "e-", pour "électronique" dont le sens a muté pour devenir "virtuel", comme dans "e-mail", "e-commerce", etc. Donc, globalement, l'électeur est celui qui lit virtuellement. Donc, grosso modo, on pense qu'il sait lire, mais il ne le fait pas en réalité. Il est probable que l'appellation d'électeur nous provient directement de la propension des candidats à assassiner des arbres - qui ne votent pas - pour y imprimer d'indigestes et invraisemblables romans de gare qu'ils ont l'audace d'appeler "programme électoral". Evidemment, le lecteur virtuel fait comme s'il les avait lus ; mais on sait bien que c'est faux, puisqu'il va voter quand même.


 

Définition

 

L'électeur est un genre de participant à la Star Academy : il donne de la voix pour recevoir en échange une sorte de psychodrame télévisé, scénarisé à base de trahisons et de ridiculisations. Comme dans n'importe quelle émission de télé-réalité, l'électeur est choisi en fonction de sa capacité à abdiquer toute fierté et toute intelligence, et sa faculté de faire surgir des conflits télégéniques à partir de rien.

Si on devait définir brièvement l'électeur, on pourrait le situer à mi-chemin entre l'homme et le paillasson. Depuis 2002, il semblerait que le sens de l'évolution aille vers le paillasson.


 

Topologie

 

Une idée reçue voudrait qu'il existe plusieurs types d'électeurs, mais les avancées de la politique moderne mettent à mal les différenciations communément admises. On pensait auparavant en effet qu'un électeur de gauche n'avait rien à voir avec un électeur de droite. On sait très bien aujourd'hui que cette différence s'est effacée ; l'électeur est un et indifférenciable. De droite.

Une tentative de classification plus moderne et plus subtile prend le parti d'observer les différentes capacités pulmonaires des électeurs. Tous votant en effet en se bouchant le nez, il est judicieux de classifier l'électorat en fonction de ses performances d'apnée.


 

Histoire

 

On associe souvent l'apparition de l'électeur moderne à la naissance de la démocratie. Rien n'est plus faux. Pour qu'il y ait électeur, il n'est besoin que de vote. La démocratie n'a rien à voir là-dedans. Déjà, dans les cavernes obscures des hominidés grognants, on tapait 1 par SMS surtaxé pour savoir qui mangerait le mammouth-marengo et qui aurait le croupion, pour savoir aussi qui pourra expliquer la prise de la Bastille par derrière à Lucie.

Dans l'antiquité, on s'est tout de même rendu compte que ce système était vraiment bordélique ; les grecs et les romains y mirent bon ordre en limitant le droit de vote aux gens vraiment responsables (lire : les gens de doite, puisque seuls les citoyens mâles et riches avaient le droit de vote - ça n'a pas énormément changé). Ils ont appelé ça "démocratie".

L'humanité étant plutôt sagement tournée vers l'entropie et le chaos, cette tentative d'organisation rationnelle fit long feu dans la période du Moyen-Âge ; on s'est dit que cette histoire de vote était vraiment trop barbare. Pour preuve, seule une secte de dangereux imbéciles habillés par une incarnation antérieure de Paco Rabanne (qu'on appelait à l'époque chrétiens, et qui ne sont plus aujourd'hui que de vulgaires catholiques) s'abaissait à appliquer le droit de vote. Une tripotée de despotes chafouins se réunissait régulièrement pour élire l'un d'entre eux gourou en chef. Quand le vote était fini, ils faisaient griller du boudin blanc au barbecue, ça faisait de la jolie fumée, et ils criaient à la fenêtre comme des lavandières italiennes "Habemus Papam !", ce qui veut dire en gros : "Le boudin est cuit !".

Preuve supplémentaire de la barbarie du droit de vote, on ne compte plus les victimes de la Révolution Française qui n'avait pour objet que de donner à tous les mêmes prérogatives que ces horribles et tyranniques cardinaux.

On en est encore là.


 

Physiologie

 

L'électeur se reconnaît à sa "carte d'électeur" qu'il arbore aux moments-clés comme le campeur arbore son papier toilette pour se rendre aux sanitaires des Flots Bleus. On ne pourra pas s'empêcher d'ailleurs d'observer la similarité de l'isoloir avec les WC turcs du camping.

La carte d'électeur comporte des espaces dévolus au cachet qui sert à prouver que l'élu s'en tamponne.

L'ensemble des électeurs s'appelle l'électorat. Pas étonnant que ça n'apporte que la peste, brune ou autre.

Une fois n'est pas coutume, il n'est pas nécessaire de déporter pour cela l'électeur dans Loft Story : ce serait une promotion imméritée.


 

Conclusion

 

Pour finir, l'électeur et le communiste ont ceci de commun qu'ils fondent sur leur identité un immense espoir, aussi immense que la grande Sibérie où fleurissent les goulags, ces endroits aussi calmes et secrets qu'un isoloir. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires