Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un Journal Présenté Par :

  • la carne
  • Blog complètement partial garanti sans OGM ni carte de presse. On a son honneur, tout de même.
  • Blog complètement partial garanti sans OGM ni carte de presse. On a son honneur, tout de même.

Météo


Si t'as froid l'hiver, brûle un ministère.

Si l'hiver est dur, brûle une préfecture.
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 07:00

 

FEMME

 

 

Linguistique

 

Féminin, nom commun voire vulgaire.

Le principe de la linguistique consisterait à rapprocher la femme de la langue ; évidemment, je préfèrerais le contraire, mais le devoir avant tout.

"Femme" provient du latin "femina" qui veut dire soit "jury du prix du livre Harlequin", soit "réunion Tupperware". C'est sans doute l'atavisme grégaire de la femme qui a conçu cette étymologie.

Il est à noter que le mot "femme" en français revêt deux significations contradictoires : l'une désigne une représentante de cette moitié de l'espèce humaine dotée d'attributs qui la rendent désirable et tout à fait présentable à la Tour d'Argent où j'ai mon rond de serviette.

L'autre sens désigne l'espèce de mammifère acariâtre et velu dont l'unique mode de vie consiste, à l'instar de la mante religieuse, à pourrir la vie de celui qu'elle s'est choisi pour compagnon, en plus cruel parce que l'agonie est plus longue. Il n'existe pas de telle homonymie pour le mot "homme" parce que c'est trop compliqué pour lui. Son mode de pensée binaire exclut la subtilité : soit on est un homme, soit on est un époux.

 

 

Définition

 

Selon le Petit Aragon Illustré, la femme est l'avenir de l'homme ; il écrivit ceci, puis il rencontra Elsa Triolet. Cela prouve qu'il ne faut pas compter sur les poètes pour écrire un dictionnaire valable. On m'a dit que certains académiciens auraient été poètes, ceci expliquant cela.

Selon d'autres sources érudites, la femme est... la femme est...Mince, je ne m'en souviens plus, mais c'est malin, maintenant j'ai faim.

 

 

Typologie

 

Il existe deux sortes de femmes : la mienne, qui est belle, et la femme des autres, qui est mieux.

La grande incompréhension entre les hommes et les femmes tient à ceci : l'homme pense que la femme a des seins, la femme pense qu'elle a des droits.

 

 

Histoire

 

La femme existe depuis à peu près la même époque que l'homme, dont elle a suivi l'évolution en ce qui concerne les grandes lignes, mais pas les petites courbes.

On ne sait pas trop si la première femme s'appelait Eve ou Lucie. C'est une confusion encore d'actualité, j'en tiens pour preuve que Roger, le samedi soir après l'apéro, a parfois du mal à se rappeler le prénom de sa femme. Une idée reçue fermement ancrée prétend qu'à l'époque préhistorique, c'est l'homme le plus fort qui avait le droit d'expliquer le théorème de Pythagore aux femmes de la tribu. Il s'agit en fait d'un contresens : c'est déjà pas facile de vivre avec une femme, alors il fallait bien que le type soit vraiment costaud pour en supporter tout un cheptel. Je ne vois pas vraiment quel rapport ça peut avoir avec une récompense. Surtout que c'est au pauvre type que revenait la responsabilité de faire des gosses, tu parles d'un cadeau.

 

Dans l'Antiquité, on s'est rendu compte que, d'une part les femmes avaient plus de temps pour elles puisque les hommes avaient inventé la politique et les jeux olympiques, et d'autre part que, les villas Phénix individuelles prenaient plus vite la poussière que les grottes. L'Antiquité étant une époque rationnelle, on trouva malin de coller les femmes au ménage. On en parle encore. Ceci conduisit au concept de "matrone", raffinement extrême puisqu'il s'agit d'un hybride mi-femme, mi-portugaise.

 

Le Moyen-Âge arrive, et devant la décadence ménagère de la gent féminine, on décide de les éduquer chez les curés, dont on peut difficilement contester la propreté tant ils baignent dans l'eau bénite. L'école des femmes médiévale s'appelle le couvent, parce que c'est là où les femmes couvent leurs bâtards fabriqués à la va-vite sous un coin de soutane. Quand elles en sortent à douze ans (elles n'intéressent plus les curés, à cet âge), elles sont censées tout savoir sur le balai, la casserole et la maïeutique, c'est pourquoi on les marie. Pour éviter qu'elles troublent les pensées sérieuses des hommes, tournées vers la meilleure façon d'éviscérer un musulman, on leur fixe des ceintures de chasteté ; ça fait un tabac, et c'est d'ailleurs l'âge d'or de la pipe. 

 

La figure la plus représentative de la femme au Moyen-Âge s'appelle Jeanne d'Arc. De cette époque, les femmes gardèrent l'habitude de se mêler de politique et d'y semer leur zone (exemples : la Pompadour, Ségolène Royal ou Marine Le Pen). Les anglais brûlèrent Jeanne d'Arc parce qu'ils n'avaient pas reconnu une femme en elle ; il faut dire qu'ils étaient habitués aux Anglaises, et on comprend de ce fait qu'ils ont pensé que la pauvre Jeanne était une extraterrestre. Cette affaire donna naissance au concept de "femme au foyer".

Jeanne d'Arc est aujourd'hui vénérée par un breton borgne, c'est-à-dire, à peu de chose près, un anglais aveugle. Juste retour des choses.

 

La Révolution Industrielle et les progrès techniques ont dégagé encore plus de temps libre pour la femme, c'est pourquoi, en plus du ménage, on lui permit de devenir ouvrière. C'eut pour conséquence heureuse de permettre aux hommes de se livrer à deux entreprises massives de régulation démographique, indispensables pour remplir les objectifs du protocole de Kyoto.

 

L'aboutissement évolutif des femmes les a menées, à l'époque contemporaine, à se laisser pousser les crocs et les poils, c'est pourquoi on les appelle les chiennes de garde. Les mouvements féministes ont enfin permis aux femmes de s'asseoir sur des fauteuils directoriaux. Sur les genoux du patron. Pour illustrer ce propos, nous n'avons guère de meilleur exemple que Laurence Parisot, qui passe son temps à lécher les entrepreneurs. 

La libération de la femme lui a permis de bénéficier d'une grande indépendance financière, appelée "pension alimentaire".

 

 

Physiologie

 

La larve de la femme s'appelle la demoiselle. Le rite de passage à l'âge adulte s'appelle la tournante. La demoiselle s'isole dans un endroit frais et souterrain pendant quelques temps, puis ressort en tant que femme, les jambes flageolantes et toute transformée.

 

On différencie la femme de l'homme par plusieurs indices physiques probants ; cependant, certains sont devenus obsolètes, notamment les mammelles. Ce critère de classification conduirait en effet à dire que Jane Birkin n'est pas une femme (alors que la science a montré qu'on peut être à la fois femme et anglaise) et que Lolo Ferrari est une mongolfière. Les critères physiques de classification scientifique aujourd'hui retenus comme pertinents sont le botox et la taille des fesses, c'est pourquoi les scientifiques passent plus de temps à mettre au point des crèmes anticellulite qu'à développer l'armement nucléaire nécessaire à une nouvelle et salutaire régulation de la population mondiale.

La peau des femmes est parfois appelée "peau d'orange", c'est pourquoi on la grume.

 

Il semblerait qu'une bonne partie des femmes soit atteinte de problèmes de vue. Ceci expliquerait leur propension à prendre certains hommes pour des princes charmants, et les oblige conséquemment à parfois chausser de grosses lunettes de soleil.

 

Le régime alimentaire de la femme est cyclique, alternant les phases de jeûne et les phases de boulimie.Pendant la période pré-estivale, le comportement alimentaire de la femme se rapproche de celui de la limace. Puis, constatant que même les tomates-mozzarella débordent du bikini, la femme se met compulsivement à faire des réserve de graisse pour l'hiver, ce qui la rapproche alors de l'ours. Il semblerait que son système pileux suive le même cycle et les mêmes modèles animaliers.

Il reste de fait encore très complexe de savoir si la femme est à classer dans la famille des gastéropodes ou celle des ursidés. La famille de la femme a en effet de tout temps été problématique pour l'homme.

 

C'est son régime alimentaire complexe et désordonné qui a conduit la femme à adopter pour tanière la cuisine, lieu dans lequel elle peut se sentir en sécurité et cacher les bouteilles de vodka-pomme sous l'évier. 

Toujours grégaires, l'habitude de groupes de femmes à se réunir dans une cuisine a donné l'idée de la télé-réalité, qui a pour concept fondamental de filmer des gens en train d'avoir des conversations creuses en adoptant des comportements hystériques. Il serait donc juste qu'on déporte les femmes dans Loft Story, ou qu'on plante des caméras dans les cuisines.

 

 

Conclusion

 

En conclusion, on peut dire que si, à l'instar d'Aragon, les communistes aiment les femmes, c'est surtout parce qu'ils mangent les enfants.

Partager cet article

Repost 0

commentaires