Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un Journal Présenté Par :

  • la carne
  • Blog complètement partial garanti sans OGM ni carte de presse. On a son honneur, tout de même.
  • Blog complètement partial garanti sans OGM ni carte de presse. On a son honneur, tout de même.

Météo


Si t'as froid l'hiver, brûle un ministère.

Si l'hiver est dur, brûle une préfecture.
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 07:28

"Faut respecter les religions, faut respecter la foi, sérieux, c'est pas bien de se moquer..."


L'autre manière de dire "ils l'ont bien cherché". Mais c'est pas grave, on peut le penser. Penser, ça ne fait pas mal - ou alors juste une migraine, un Doliprane, un coup de télé et hop, ça passe.

 

Mais dis donc, petit con, en parlant de respect, faudrait p'têtre voir à mettre la balle au centre, non ? Faut pas publier des caricatures du prophète ? Et ton prophète, là, il en a pas fait publier, des caricatures, peut-être ? Ou c'est moi qui invente les horreurs stupides et ridicules que les livres prétendus saints (tous ! sans exception ! même les bouddhistes, pourtant pas bégueules, généralement) balancent sur les athées, les femmes, les homosexuels ?

 

Promis, je renoncerai à mon droit au blasphème lorsque les bigots respecteront l'intimité de ma chambre à coucher. Quand les tartuffes renonceront à employer "Dieu le veut" comme argument politique. Et quand ils expurgeront les passages de la Bible, du Talmud ou du Coran qui sont des appels explicites à la haine, à la discrimination et à la persécution.

 

Pour être tout à fait honnête, je me fous absolument de ces diatribes antiques ou médiévales sur les mécréants. Disons que je m'en foutais tant que je pensais qu'elles étaient reléguées au symbole, à des combats passés, qu'elles n'avaient de substance que quand les religions naissaient et qu'elles devaient lutter pour survivre. Que "mort aux infidèles" avait aujourd'hui à peu près la même puissance d'incitation au passage à l'acte que "mort aux cons", par exemple. Personne ne songe sérieusement à commettre un génocide de cons, quand même ? On se sentirait seul sur terre, au bout d'un moment.

 

J'ai commencé à moins m'en foutre quand je me suis rendu compte que de vraies gens se faisaient massacrer en masse au nom de la foi. Mais j'ai commis l'erreur de n'en avoir qu'une image intellectuelle, parce que ça se passait à des milliers de kilomètres, qu'il s'agisse des tueries catholiques des commandos anti-IVG, des bombardements juifs sur des gamins de Gaza ou des massacres de Boko Haram commis au nom de l'Islam. J'ai mis ça sur le compte du hooliganisme religieux. J'ai pensé que les assassins allaient en religion comme un skin inculte en matière de foot va au Parc des Princes, juste pour la provoc et la baston.

Je pensais naïvement que les vrais croyants l'étaient pour leur propre recherche de spiritualité. Que la plupart se foutaient bien de ce qu'on pouvait penser de leur croyance parce qu'elle ne concernait qu'eux et qu'en tant que telle, elle ne pouvait de toute façon pas être comprise. Et que la plupart n'avait aucun besoin que d'autres la partagent. 

 

Mais là, je commence à comprendre, quand j'entends des gens parfaitement pacifiques et qui pourraient être mes voisins ou mes amis dire que c'est un peu de leur faute, aux dessinateurs, s'ils sont morts. Ils n'ont pas respecté. Ah ouais... Ils n'ont pas respecté quoi ? Un type mort depuis des siècles qui prétend encore donner des leçons sur la manière de traiter les femmes et les soit-disant déviants ? Il a quoi de respectable, ce type, exactement ? Ah, tu l'aimes. C'est ça qui te choque ? Qu'on souligne les défauts de celui que tu adores. Tu peux pas comprendre que d'autres l'aiment pas ? Que son discours, à ton prophète, est politique et que son impact sur nos vies est réel, et qu'il n'est pas forcément plaisant ?

 

Je vais te dire un truc. Je ne suis pas islamophobe, je ne suis pas christianophobe, pas judéophobe, même pas religiophobe en général ; tant que ta foi ne s'invite pas dans mon salon pour dénigrer le mode de vie que j'ai choisi, je n'ai absolument rien à redire de ton chemin spirituel. J'ai même un profond respect, une profonde admiration pour ceux que la religiosité a amené à la paix de l'esprit.J'ai tout autant de colère à ton endroit qu'à l'égard des bouffe-curés qui méprisent souverainement du haut de leur savoir en carton l'intelligence des croyants du simple fait de leur foi.


Le vrai problème, c'est qu'il y a trop de bigots dans ton genre dans les religions pour qu'elles soient prises au sérieux. Des gens qui deviennent des militants et tentent de convaincre leur monde que l'ordre divin est celui de tous. Que c'est l'ordre naturel des choses. Que la loi de dieu est un programme politique. Que les Ecritures se lisent au pied de la lettre. Je vais te dire : commence par vivre ta vie avant de juger la mienne. Juge-toi avant de me juger blasphématoire.

 

En réalité, petit bigot, tu te sers de ta religion comme prétexte à te sentir supérieur à d'autres. "Je ne suis pas misogyne, je suis croyant, c'est le Livre qui dit que les femmes doivent rester à la cuisine". "Je suis pas homophobe, c'est le Livre qui dit que la sodomie est contre-nature". "Je suis pas intolérant, c'est le Livre qui dit que les athées sont des handicapés de l'âme". Tu trouves dans tes saintes écritures toutes les justifications à tes petites mesquineries minables. Respecter ta foi, petit bigot ? Mais qu'est-ce que ta foi a de respectable ? Tu es le pire des blasphèmes à la face de ton dieu. 

Que tu oses appeler au "respect" est la preuve que tu n'as rien appris de la sagesse contenue dans tes livres.

 

Pourquoi devrais-je m'empêcher de rire d'un prophète quand je n'ai même pas besoin de ça pour te sembler odieux ? Il me suffit d'exister en tant qu'athée convaincu pour exciter ta haine et ton rejet - ou tes pitoyables tentatives de prosélytisme. Je suis selon toi, cher petit bigot de mes deux, déviant, odieux, jaloux, entêté, stupide, aveugle... Juste bon à légitimer la colère des tarés.

Ton livre, celui, l'unique, que tu chéris, qui transcrit les paroles de ton prophète, me tient pour un animal, et c'est ta vérité. Rien que pour ça, je t'emmerde, toi et ta prétendue sainteté qui te pousse à te réjouir doublement, d'une part que des tueurs soient allés au fond de ta logique en "punissant" les blasphémateurs sans que tu aies à te salir les mains ou l'âme, si tu en as une, et d'autre part en te victimisant en tant que prétendu croyant, obligeant tout un chacun à se surveiller au nom de ta "sensibilité" de cuistre.

Le simple "mais" que tu ajoutes à la phrase devenue rituelle "je ne cautionne pas les assassins" prouve amplement que tu n'as aucune sensibilité, seulement de la susceptibilité.

 

Cher petit bigot, la colère qui te prend quand tu es témoin d'un blasphème n'est pas née de ta foi mais de ta rancoeur et de ta peur de la liberté. De ta certitude de valoir mieux que le mécréant. De ta bigoterie, en somme. Ce qui te chiffone dans la caricature, ce n'est pas l'irrespect envers le prophète, c'est uniquement le fait qu'à travers lui, ce sont tes défauts à toi qui sont raillés. Tes propres faiblesses, ta propre incapacité à comprendre "dieu". Et ta colère montre seulement que la caricature touche juste.


Et je le dis, parce que rien ne m'en empêche, et que je tiens pour tout aussi sacrées mes élucubrations bloguesques et tes paroles d'évangile. As-tu si peu confiance en ton dieu que tu as peur qu'il ne me juge pas pour mes offenses comme cela te conviendrait ? Comme cela TE conviendrait ?  

 

Mon gars, tu te goures en me parlant de respect. Tes idoles t'incitent, t'enjoignent à juger et persécuter ton dissemblable ; et quand le dissemblable se rebiffe - même pas violemment ! Juste en rigolant, en dessinant ! -  tu parles de respect ? Tu t'entends ? Sérieusement ?

 

Tu sais quoi ? Je manquerais singulièrement de *charité* si je ne te disais pas quand tu déconnes.

Et là, tu déconnes grave.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by la carne - dans Dossiers à charge
commenter cet article

commentaires