Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un Journal Présenté Par :

  • la carne
  • Blog complètement partial garanti sans OGM ni carte de presse. On a son honneur, tout de même.
  • Blog complètement partial garanti sans OGM ni carte de presse. On a son honneur, tout de même.

Météo


Si t'as froid l'hiver, brûle un ministère.

Si l'hiver est dur, brûle une préfecture.
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 15:19

Comme il est en train de se passer plein de choses particulièrement sordides (Guéant qui veut repeindre la ville en bleu jusqu'en 2012, la réforme de la justice des mineurs, etc.), on parle beaucoup en ce moment d'un sujet ô combien d'actualité : le mariage homosexuel.

 

Les vieux réacs de droite veulent la peau de Bachelot à cause de sa prise de position pour le mariage gay. Tout le monde minaude, dans tous les partis, c'est la valse des "oui, mais..." ou des "non, mais...". Bref, ce sujet chez les politiques, c'est comme le dernier Saw dans les cours d'école : on a l'air d'un con si on n'en cause pas, même si on ne sait pas de quoi il s'agit.

 

Etudions un peu les arguments : les contre disent que le mariage est une institution qui unit un homme et une femme puisqu'a priori et jusqu'à preuve du contraire, c'est l'équipe de base pour la production de gamins. La république n'a donc pas à reconnaître l'union homosexuelle puisque le mariage républicain a pour objet la reconnaissance de la famille productrice d'avenir pour le pays et de rente pour Pampers.

 

Les pour disent que le mariage est un droit et qu'à ce titre, tout citoyen doit y avoir accès en vertu de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Consommateur qui en garantit l'égalité, qu'on soit homo, hétéro, bi, trans, zoophile, nécrophile ou même haltérophile.

 

Ben tiens.

 

Le problème fondamental du mariage républicain est qu'il est étroitement mêlé à la morale religieuse. Le mariage est un engagement moral doublé d'un contrat économique - à ce propos, j'ai pour ma part trop de respect envers ma partenaire pour l'honorer sous contrat, comme ça se pratique dans certaines zones urbaines à l'éclairage défaillant.

 

Il faut abolir le mariage républicain, et mettre tout le monde à l'enseigne du "concubinage notoire", avec tous les droits afférents à une union, quelle qu'elle soit (mariage ou PACS). Si les gens veulent se marier pour des questions morales, qu'ils aillent voir les tenants de la morale, les curés, imams, rabbins, Raël ou n'importe quel gourou venu de Mars ou de Vénus. Mais la morale n'a rien à faire en politique (au contraire de l'éthique - mais je parlerai de la différence entre les deux dans un prochain article si Dieu me foudroie pas d'ici là, ce Con).

 

La politique doit s'attacher à adapter les lois civiles aux moeurs telles qu'elles sont de façon à garantir les droits et libertés de chacun sans que ce soit trop le bordel, et non pas pondre (ou refuser, en l'occurrence) des lois pour fixer des objectifs moraux au vivre ensemble. Le mariage est issu d'une institution religieuse : il aurait dû quitter l'arsenal législatif républicain en 1905.

 

La loi doit pouvoir reconnaître l'union de couples et / ou de familles, de fait, puisque c'est une réalité sociale ; d'un point de vue judiciaire, il est nécessaire de fixer des règles civiles de communauté de biens, de filiation, etc., cela est évident. Mais la loi doit-elle contraindre les couples et les familles à s'engager moralement dans le mariage pour reconnaître l'union et permettre l'accès à ses droits ?

 

Si l'on se réfère à l'évolution sociale, le mariage n'est plus une norme. Donc la loi doit s'adapter et proposer aux couples et familles non mariés les mêmes droits qu'à ceux qui le sont. Et de fait, accorder ces droits aussi aux couples homosexuels. Il n'y a aucune raison qu'on accorde plus de droits à tel couple plutôt qu'un autre, même pour des raisons natalistes : si l'on veut mener une politique nataliste, on augmente les bons CAF au lieu de faire croire que les pédés tuent la natalité.

Et avant de mener une politique nataliste, on commence déjà par s'occuper des gamins existants au lieu de leur lâcher les chiens aux fesses.

 

Que les églises se débrouillent avec la question du mariage homosexuel. Il n'y a que dans les bénitiers que le problème se pose.

Partager cet article

Repost 0
Published by la carne - dans Dossiers à charge
commenter cet article

commentaires