Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Un Journal Présenté Par :

  • la carne
  • Blog complètement partial garanti sans OGM ni carte de presse. On a son honneur, tout de même.
  • Blog complètement partial garanti sans OGM ni carte de presse. On a son honneur, tout de même.

Météo


Si t'as froid l'hiver, brûle un ministère.

Si l'hiver est dur, brûle une préfecture.
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 06:59

BONHEUR

 

Linguistique

 

Masculin, nom commun, surtout pour les autres.

Etymologie : bonheur est composé de bon, qui vient de bonus et veut dire "enculé de trader", et de heur qui vient de augurium et veut dire "et si on te lisait un peu dans les entrailles, pour voir quand la crise va finir ?".

Emploi : à l'instar des cons, on peut répartir les bonheurs en petits et grands. La langue populaire n'a pas voulu retenir d'autres analogies telles que "gros bonheur" ou "sale bonheur", bien que c'eût été source de délices intellectuelles sans fin que d'en exploiter les aboutissants. Le contraire de bonheur est malheur et c'est pas Gustav qui va me contredire.

Expressions usuelles :

"Le malheur des uns fait le bonheur des autres" (Goldmann-Sachs)

"C'est que du bonheur" (Endemol)

"Aï, demann, faut qué yé mé lève dé bonheur" (Luis, maçon en intérim)

 

 

Topologie

 

Nous l'avons vu, il existe des petits et des grands bonheur. Certaines occurences tangentes sont depuis toujours l'objet de batailles savantes fameuses. Par exemple, démolir la gueule d'un banquier doit-il être classé dans les petits ou dans les grands bonheur de l'existence ? A l'heure actuelle, le statu quo consistant à dire : "Ca dépend de l'importance du découvert" semble prévaloir. Preuve supplémentaire que nous vivons dans un monde tiède et fadasse.

 

Les petits bonheurs, comme les petits cons, prêtent à sourire de manière quasi universelle. Ils font plaisir à voir. Retirer ses chaussures neuves après une longue journée de shopping est un parfait exemple de petit bonheur, comme l'est l'arrivée à l'heure du RER D en gare de Draveil. Le sourire subséquent du bénéficiaire est résolument communicatif. Surtout sur le quai de Draveil.

 

Les grands bonheurs, comme les grands cons, divisent l'opinion publique. L'attitude à leur égard est partagée entre la béatitude crasse et bavante des gens concernés, le sourire goguenard en demi-teinte des témoins directs, et l'odieuse jalousie des autres. Le mariage (la cérémonie, pas la période d'ennui médiocre et hypocrite qui la suit) est à ce titre un grand bonheur.

 

 

Histoire

 

On trouve moins de traces de bonheur dans l'histoire que dans mon caleçon. Malgré tout, certains récits historiques lui laissent une place de choix. Au bonheur, pas à mon caleçon. Curieusement, les chroniques ne parlent que des grands bonheurs (c'est à croire que tous les historiens ne sont que d'odieux jaloux), pas des petits, à l'exception de l'épisode du Vase de Soissons où l'on imagine aisément le petit bonheur de Clovis éclatant la tête de son soldat négligent.

Cette carence de l'histoire en petits bonheurs est inexplicable tant ils ont compté au cours des grands événements, parfois en creux comme quand Hitler, dans l'impossibilité de retirer le caillou coincé dans sa chaussure, décida d'envahir la Pologne. 

Sans les petits bonheurs, la grande Histoire eût été toute autre.

Les grands bonheurs, en revanche, ont enfanté bon nombre d'imbéciles heureux qu'on retrouve tout au long des manuels d'histoire.

 

 

Physiologie

 

Les manifestations physiques du bonheur sont diverses. Elles vont de la plénitude béate que tout être normalement constitué a envie de faire ravaler à celui qui l'arbore à grands coups de DocMartens coquées dans les gencives, jusqu'aux manifestations exultantes de joie vulgaire qu'on peut voir aux stades quand l'un des vingt-deux benêts a poussé le rond dans la boîte.

Lorsque quelqu'un est victime du bonheur, il est poussé malgré lui à des élans de commisération et de charité ; bref, il devient catholique. En général, c'est le début de la vieillesse.

Par conséquent, les gens heureux saccagent les efforts du gouvernement pour sauver les retraites.

Il faut donc fusiller les gens heureux, voire les déporter dans "Loft Story" pour les plus incurables.

 

 

Conclusion

 

En conclusion, on peut dire que les grands bonheurs sont moins rares que les communistes. Mais eux, ils s'en foutent, c'est le grand soir qu'ils attendent.

Repost 0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 23:00

AMOUR

 

Linguistique

 

Masculin, nom commun, surtout pour les autres.

Vient du latin "amor" qui signifie "Je ne suis pas certain du bien fondé de la décision de l'arbitre".

Le pluriel d'amour est féminin, précision grammaticale importante puisqu'elle tend à légitimer la polygamie malgré l'analphabétisme manifeste de Lies Hebbadj. Alors que pour la polyandrie, t'as ma main sur ta gueule si je t'y prends.

Cette caractéristique du changement de genre avec le pluriel n'est pas courante en français ; elle ne se retrouve que dans trois autres occurences : délice, orgue et escargot. Mais pour escargot, faut regarder de près. Le passage au féminin avec la pluralité donne raison à Brice Hortefeux : c'est bien "quand il y en a beaucoup que ça pose des problèmes". 

 

 

Définition

 

L'amour est un tendre sentiment qui unit deux êtres grâcieux dans un même élan de guimauverie bornée et d'échange de fluides gluants et corporels divers. A deux exceptions près :

- la nécrophilie est un amour qui unit un être et une carcasse privée d'âme, comme par exemple un nègre ou une femme ;
- l'amour de Dieu est un amour dans lequel l'échange de sécrétions s'effectue en l'absence d'un des partenaires, en général au profit d'un autre plus jeune qui n'a rien demandé mais dont le craquement délicat du bassin monte en compagnie des louanges et des oratorio flatter l'oreille du Créateur de la même façon que la myrrhe et l'encens Lui escagassent les trous de nez.

 

La guimauverie, en revanche, ne souffre pas d'exception connue, même si celle-ci se dissimule parfois avec une exquise pudeur derrière des lunettes noires pour cacher les cocards.

 

 

Histoire

 

L'amour existe depuis que l'homme est homme, c'est-à-dire depuis qu'il arrive à se tenir sur ses pattes de derrière afin de se libérer les mains pour dire bonjour à Roger. Dans les cavernes humides et sombres déjà, Cro Magnon la trouvait Cro Mignonne et lui faisait le coup du bal du 14 juillet, ce qui n'empêchait pas sa compagne par ailleurs d'aller s'encanailler avec de vieux Néanderthaux dont la savante expérience la faisait grimper aux rideaux rupestres. Les femmes ont toujours eu un faible pour les plus vieux qu'elles. L'histoire ne dit pas si c'était déjà par vénalité à cette époque.

 

Passons rapidement sur les premières civilisations d'Assyrie, d'Ashur et de Babylone ; on soulignera cependant qu'ils auront beaucoup fait pour la rationnalisation de l'amour en inventant la prostitution. Cette invention majeure a l'immense mérite d'éviter à l'homme la culpabilité du menteur qui déblatère sur les beaux yeux, et d'abréger le tryptique préliminaire fastidieux (fleurs - dîner - théâtre contemporain). Jusqu'à aujourd'hui, cependant, le dîner a cela de préférable que les restaurants, eux, acceptent la Carte Bleue et remboursent s'il y a des poils où il faut pas.

L'Irak actuel en garde les traces sous la forme du B.M.C. américain, ce qui n'est qu'un juste retour des choses.

 

L'Antiquité égyptienne est une période particulièrement fade. Les hommes souffrent d'apathie et d'impuissance, ce qui conduit les femmes à se maquiller comme des poufiasses de province pour tenter de leur réveiller les ardeurs sous-ventrières. Les hommes sont mous. C'est d'ailleurs à juste titre l'âge d'or des bandelettes : n'est-ce pas un signe linguistique évident ?

 

Au même moment, en Chine, les hommes sont aussi peu membrés qu'actuellement. Je ne vois même pas pourquoi j'en parle.

 

La Grèce présente un profil antique plus intéressant puisque, à l'image de leurs représentations antropomorphiques ridicules qui leur tiennent lieu d'objets de culte, les athéniens s'atteignent bien et les spartes acculent les thébains publics. Même si les grecs sont des êtres frustres trop barbares pour vénérer le seul vrai Dieu, ils ont tout de même initié la mode chrétienne du craquement de bassin juvénile, et nombreux sont les hommes d'Eglise qui leur en rendent grâce. Bref, les grecs s'aiment, et, contre toute attente, sèment aussi puisqu'ils ont su créer une lignée capable de perdurer jusqu'à nous plomber l'Euro ici et maintenant. En tout cas, quelles que soient les moeurs de leurs hommes, les hellènes n'en font pas un drachme.

Bref, les grecs sont larges d'esprit, entre autre. Tellement larges qu'ils ne sentent plus grand chose, d'où l'expression encore bien connue là-bas : "Papa en est où ?".

La civilisation grecque de l'Antiquité, d'un point de vue amoureux, s'est tellement exportée, et a tellement marqué les peuples qu'aujourd'hui encore on peut entendre nos jeunes gens, malgré leur attachement apparent à une virilité sans concession, clamer presque chaque jour qu'ils "vont se faire un grec".

 

L'histoire de l'amour commence à acquérir ses véritables lettres de noblesse durant l'ascension romaine, comme en témoignent les écrits magnifiques de poètes comme par exemple Martial, Juvenal ou Gardenal. Les Métamorphoses montrent notamment à quel point l'Amour remplit les ouvrages et Ovide ses bourses. L'amour est tellement présent dans la littérature que la langue s'en ressent ; la preuve : si cunnilingus, c'est pas du latin, je veux bien me faire grec.

L'époque est tellement chaude qu'on jette l'éponge à Pompéi et Herculanum à cause du trou qui fume.

Malheureusement, cette belle harmonie des sentiments, soutenue par l'arrivée à Rome du message du Grand Babacool Fils à Papa ("Aimez-vous les uns dans les autres"*), est vite interrompue par l'irruption intempestive d'une horde de Hell's Angels au milieu de l'orgie. Il est vraisemblable que c'est ce qui a provoqué pour les siècles suivants un dérèglement hormonal et glandulaire sévère, le coïtus interruptus étant comme chacun sait source d'effroyables traumatismes.

 

La conversion des Hell's Angels au scoutisme démarre en effet à peu près à ce moment. Cette répression des désirs naturels conduit à une austérité globale soutenue par les curés de campagne qui en ont gros sur la patate depuis qu'on leur a interdit la bagatelle.

Adieu la liberté de moeurs, adieu l'amour, bonjour le sexe service public démographique et les mariages arrangés qui valent pas un coup de rhum. A peu de chose près, la position du missionnaire (qui permet surtout que madame ne se sauve pas) dans le noir et les bons jours du mois garantit seule le Paradis jusque dans les années 70 du siècle dernier.

Ca fait un grand saut, mais à peu de chose près - l'invention de l'Islam n'ayant pas fait évoluer grand chose en la matière malgré les soixante-dix houris - rien ne frétille pendant quinze siècles. On recense juste environ quatre-vingt-douze métaphores discrètes inventées par le clergé pour éviter de dire "vérole", ce qui montre que l'évolution est doucement en marche sous les soutanes.

 

La libération sexuelle est une véritable révolution : j'aime qui je veux, quand je veux et dans la position que je veux sont les trois mots d'ordre de l'époque. En fait, les choses ne changent pas vraiment tout de suite (surtout quand c'est une femme qui tient ce langage), ce sont surtout les mateurs qui peuvent en voir les applications au cinéma permanent du quartier.

Le temps que l'idée fasse son chemin, le SIDA arrive et calme les ardeurs (mais pas les hardeurs). Un nouvel équilibre amoureux se forme sur les ruines de l'ancien, où le contrat de mariage est remplacé par les résultats d'analyse. Nous en sommes là, à la croisée des chemins entre la redécouverte des moeurs antiques et le safe-sex hérité de l'austérité médiévale, ce qui fait de nous par voie de conséquence des amoureux désespérément moyens**.

 

 

Physiologie de la guimauve

 

Ce n'est qu'il y a peu que l'amour a acquis ses manifestations physiologiques actuelles, celles-ci se trouvant en relation étroite avec notre régime hypercalorique.

En effet, médicalement, l'amour est à la fois une affection rénale (syndrome des yeux de merlan hépatique), cardiaque (palpitations hypercholestérolémiques), neurologique (tremblements, sudation excessive) et stomacale (douleurs communément appelée "noeuds") provoquée par les excès alimentaires et l'absence d'exercice physique notable.

Ces affections provoquent des troubles de la vision qui incitent le malade à penser qu'un être somme toute banal passant à proximité est au plus haut point désirable, au mépris total du principe rationnel de l'égalité des chances inscrit dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen.

Les amoureux sont donc de fervents anti-démocrates qu'il convient de fusiller ou de déporter dans "Loft Story".

 

 

 

Conclusion

 

Pour terminer, on peut dire qu'il existe autant d'amours vraies que de communistes sincères. Pourtant, communiste, c'est plus facile : on peut le faire tout seul.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

* Piqué à Marcel et son Orchestre

** A part Lili et moi, qui sommes des modèles, bien sûr.

Repost 0
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 17:43

Comment sauver le régime des retraites ?

 

Ca a l'air si simple... Tout le monde a des solutions infaillibles, même que ceux d'en face sont des imbéciles-incompétents-injustes-inconséquents, rayez les mentions, elles sont inutiles. Toutes.

 

Déjà, les moins ramollis d'entre vous se seront déjà posé la question de savoir s'il est si indispensable de sauver, et en plus, de savoir quoi sauver. Certains, encore moins nombreux, ont même déjà une réponse. Ou plusieurs, pour les plus tordus.

 

Bien évidemment, la réponse est : non, rien.

Rien n'est indispensable ; demandez à un petit centrafricain s'il est indispensable de sauver la retraite par répartition et maintenir le droit d'y prétendre à soixante ans, il ne prendra même pas la peine d'y répondre. Soit parce qu'on ne parle pas la bouche pleine, même pleine de son interlocuteur, soit parce que le savoir-vivre défendu par l'indispensable Nadine de Rothschield stipule qu'il est éminemment vulgaire de parler quand on est mort - du SIDA ou de faim, là n'est pas la question.

De toute façon, quand l'espérance de vie ne dépasse pas quarante ans et le salaire minimum trois cacahouètes, j'imagine qu'on se fout de savoir si on aura assez pour se faire chier la graisse rance dans une croisière Costa ou si on devra se contenter de la place à côté de Dubosc au camping des Flots Noirs. Ou Bleus, si les promos vous permettent d'esquiver la Bretagne.

 

Par ailleurs, si l'on reste dans l'absolu, qu'y a-t-il à sauver ? Rien. Dans quelques éons, le caillou planétoïde sur lequel nos têtes blanches s'ébattent les varices au soleil de juin (ou de septembre pour les plus aventuriers) aura l'air du champs du centrafricain suscité, avant de se faire phagocyter par un soleil boursouflé et rouge comme un banquier qui sort d'un séminaire de moralisation du capitalisme.

A moins que quelque monsieur grave et triste, après d'hésitantes explications sur le sacrifice nécessaire pour préserver la liberté, la dignité, la sécurité, gna gna gna, appuie sur le bouton rouge en faisant semblant de se boucher le nez d'un air contrit aussi franc et sincère qu'une promesse d'homme politique. Ce qui, au passage, aura le mérite d'abréger le débat sur le Grenelle de l'Environnement, merci à lui.

 

La question de l'indispensabilité réglée, ce qui ramène l'enjeu qu'on grostitre façon finale de balle aux pieds dans l'Equipe à son statut réel, c'est-à-dire une page douze sur un match nul Dunkerque - Villefranche-de-Rouergue dans le Bouseux-Libéré, nous pouvons donc passer au contenu.

 

La question est donc de savoir comment continuer à financer les excès de cholestérol des Papys Mougeot.

 

J'aimerais signaler au passage que ceux qui s'emparent de la question et la placent sur le podium des interrogations humaines de cette année ont pour la plupart largement dépassé la date de péremption, et devraient de fait être disqualifiés pour dop-âge (ah, ah). En tout cas, ceux-là ne sont pas les plus concernés par l'âge de la retraite ou du capitaine. Ils sont déjà hors catégorie et toucheront de toute façon la leur, pleine et entière, de retraite. Salopards.

 

Donc, les vieux kroums de droite disent qu'on ne peut financer les retraites qu'en augmentant la durée de cotisation et en reculant l'âge minimum légal ouvrant des droits. Ils invoquent pour se positionner de la sorte le fait que le déficit chronique de la Caisse de Retraite provient de paramètres démographiques. Certes. La France vieillit. Rien qu'à voir sa gueule, on ne lui fait plus assez d'enfants. De toute façon, y'a pas de boulot pour eux, et ils ne pourraient pas partir à la guerre, vu qu'il n'y en a plus, à ce qu'on dit.

En plus, à force de diffuser des conneries à la télé, des Urgences, Greys Anatomy ou Docteur House, on encourage les médecins à en faire toujours trop. Hé, les surdiplômés, faut glandouiller un peu, là, vous allez trop vite pour nous. Attendez qu'on ait Alzheimer pour diagnostiquer les cancers : oublier de prendre ses médocs, c'est un peu sauver les retraites. Et la sécu tant qu'on y est !

 

Décidément, les médecins n'ont même plus le temps de profiter des cadeaux des labos pharmaceutiques que les épidémies sont déjà finies...

Donc, problème démographique il y a, c'est incontestable. Par contre, le résoudre en modifiant l'âge de la retraite, c'est stupide. Il suffit de modifier l'âge de la mort.

 

De l'autre côté, les croûlants socialos veulent faire casquer les riches. C'est noble, mais c'est con ; les riches n'ont aucun intérêt à financer les retraites françaises : vous en connaissez un, vous, de riche, qui veut passer ses vieux jours en France alors qu'il a les moyens de les passer aux Seychelles ? La solidarité, d'accord, mais faut qu'elle soit partagée, sinon c'est de la simple charité, et ça c'est mal.

Les gauchisses veulent convaincre les bourgeois en les culpabilisant : "Nan mais vous avez vu comme vous donnez des boulots pénibles aux grouillots ? Faut les faire partir en retraite tôt, eux, parce que le cancer c'est bien, mais quand t'as de l'arthrose et une sciatique, t'en profites moins". C'est con aussi : un riche qui culpabilise n'existe pas. Il ne serait pas riche, sinon.

 

De-ci, de-là, on entend un moins niais que les autres qui dit que si le problème vient du fait qu'il n'y a pas assez d'actifs pour financer les bas de contention, les plaids électriques et les fauteuils Everstyle, ce serait peut-être une bonne idée de penser d'abord à parler d'emploi.D'ailleurs, nos mères qui ont toujours raison ne nous ont-elles pas dit à l'envi : "Avant de penser à la retraite, commence déjà par bosser. Et retire les doigts de ton nez." ?

 

Mais ça, c'est moins simple que de s'empoigner pour la galerie sur un nombre vraiment, mais vraiment tout con (symbolique, ils appellent ça). 60.

 

Tiens, d'ailleurs, 60, c'est aussi le nombre de millions de cocus dans l'histoire.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by la carne - dans Dossiers à charge
commenter cet article
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 07:17

Les résultats des élections régionales ont montré que les électeurs de droite se sont massivement abstenus de soutenir leur gouvernement. Pourquoi ?

La réponse tient en un nom : Stéphane Guillon.

 

N'est-ce pas en effet lui qui souligne l'incohérence présidentielle et gouvernementale ? Regardons-y de plus près.

- D'abord, Stéphane Guillon, c'est la France qui se lève tôt. Avec une chronique à 7H55, on ne peut pas dire que l'humoriste fait partie de ces fainéants de saltimbanques qui se couchent à pas d'heure et passent la journée au pieu.

- Ensuite, Stéphane Guillon travaille plus pour gagner plus. Non seulement on le voit partout, on entend parler de lui à toute heure, mais en plus il ne peut s'empêcher d'en rajouter des tonnes dans ses textes. C'est qu'il pleure pas sur la marchandise, le Guillon. Ses 40 000€ de rémunération ne sont pas volés.

- A ce propos, n'est-ce pas là une publicité vivante pour le bouclier fiscal ?

- Guillon, c'est l'ouverture. Il arrive à faire un consensus autour de lui : de DSK et Aubry à Besson, Mitterand et Sarkozy, tous parviennent à suivre une ligne de pensée commune autour de lui.

- Enfin, Guillon est le garant de la cohérence gouvernementale : tous les ministres en parlent. Il faudrait faire un Grenelle de Guillon.

 

Oui, Stéphane Guillon est l'incarnation du sarkozysme. Pourtant, le président lui-même témoigne à son égard des plus grandes réserves. Vous étonnez-vous, maintenant, pourquoi le pauvre électeur de droite est perdu et ne se déplace pas aux élections pour soutenir son camp ?

 

Un conseil au petit Nicolas pour 2012 : remplacer Fillon par Guillon.

 

Quitte à être gouvernés par des clowns, autant qu'ils connaissent leur boulot.

Repost 0
Published by la carne - dans Dossiers à charge
commenter cet article
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 13:20

5 février 2010

Régionales

Une candidate NPA aux régionales porte le voile, et ça choque. C'est vrai que ça ne lui donne pas une tronche très catholique.


International

Obama a enfin décidé d'arrêter de lécher la Chine et durcit le ton. Ne cherchez pas la contrepèterie.
Brice Tout Puissant

Ca dézingue à tout va au gouvernement ; MAM et Hortefeux s'envoient des joyeusetés à la figure à tout bout de champ. C'est à croire que c'est de chez MAM qu'est parti l'ordre de faire appel contre Villepin, juste pour emmerder Sarkozy...

Brokeback Roselyne

Un film éducatif gay est désavoué par Bachelot : suite à la pression des lobbies familiaux, elle a décidé de ne plus faire figurer le logo de son ministère sur un film destiné à expliquer la tolérance sur les préférences sexuelles aux enfants. D'après la ministre, c'est juste parce que le réalisateur n'a pas voulu se faire vacciner contre la grippe A.


Cyclone en Polynésie

Va falloir prendre votre ticket de queue, les gars... Enfin, ils ont du bol dans leur malheur : les chanteurs français sont encore sur Haïti.

Enlèvements d'enfants en Haïti

Des baptistes condamnés pour avoir tenté d'enlever des mômes haïtiens. Ils ont eu raison de tenter le coup, un Haïtien vaut bien deux Tuloras.
Mains presque propres, tête quasiment haute

Millon est jugé pour "Prise illégale d'intérêt" pour avoir embauché du personnel de maison aux frais de la région Rhône-Alpes. Rappelons qu'il s'était allié au Front National lors de régionales précédentes. Quand Le Pen dit "Tous pourris", il en sait quelque chose, donc.

Sévice Civique

Hirsch fait voter au Sénat un projet de loi de Service Civique Volontaire pour les jeunes de 16 à 25 ans, qui permettra aux jeunes qui le souhaitent de travailler pour la fonction publique pour des queues de cerise. Ca s'appelle une extension déguisée du RSA. Sauf qu'en plus, c'est censé compenser le non-remplacement des fonctionnaires. Vous ne savez pas encore ce que "patience" veut dire.

Fous ta cagoule

Un étudiant tué d'une balle dans la tête en corse. Il n'était même pas encore préfet ! Encore, s'il avait été étudiant en polyphonie, j'aurais compris, mais là...
Le Français pour les Nuls

Lancement d'un concours, "Francomot", pour les étudiants francophones : ils doivent proposer des mots français pour remplacer ces anglicismes : Chat, Talk, Tuning, Newsletter et Buzz. Allez, je participe. Buzz : Bouse ; Talk : Ta gueule ; Chat : Chut ; Tuning : Jackysation ; Newsletter : La Carne. Eh oui, inscrivez-vous à ma Newsletter !



Repost 0
Published by la carne - dans Brèves
commenter cet article
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 19:52

 

 

 

Une récente discussion, animée et cordiale, avec mon excellent confrère et ami Rimbaud Warrior, m'a incité à traiter aujourd'hui de certaines affaires judiciaires très à la mode. Loin de moi l'idée saugrenue de gloser - encore ! - sur le bien fondé des poursuites exercées à l'encontre de Roman Polanski, encore moins sur l'attitude ambiguë des autorités suisses dans cette affaire.
Néanmoins, j'ai cru discerner dans le traitement de ce sujet une certaine méconnaissance de ce qu'est la justice républicaine française, et, a fortiori, américaine. Car dans cette histoire, on parle un peu à tort et à travers en ignorant - sciemment ou non - les principes qui régissent le troisième pouvoir.

Je constate qu'une querelle de principe est entretenue entre les partisans d'un jugement de Polanski au nom du respect des femmes, et ceux d'un pardon légitimé par l'ancienneté de l'affaire (ou pire encore, par le talent de l'accusé). Tant qu'on se querelle pour ça, on ne va pas à la votation organisée à l'occasion du changement de statut de la Poste...

Cette querelle est absolument absurde, mais elle prend dans un contexte particulier propice à son montage en épingle. Cependant, les arguments avancés par l'un et l'autre camp sont dénués de fondement, d'abord aux Etats-Unis, ensuite en France.
Aux Etats-Unis, territoire sur lequel le crime de Polanski a été commis, il n'y a pas de prescription sur cette affaire. En effet, on estime aux USA qu'un criminel doit être marqué à vie du sceau de son infamie ; si tel n'était pas le cas, la peine de mort n'aurait plus aucune justification puisque si l'on considère qu'un criminel peut être repentant, voire "accidentel" dans le sens où il ne recommettra plus jamais de crime au cours de sa vie, il deviendrait de fait criminel et aberrant - voire barbare - de l'exécuter.

Dans ce contexte, que l'on soit d'accord ou non avec la position américaine sur la justice, Polanski peut, et doit même être jugé puisque c'est la loi et qu'il est toujours un criminel aux Etats-Unis. Que le juge qui s'amuse à le poursuivre le fasse pour se faire de la pub ou forcer les autorités suisses à un renvoi d'ascenseur politique n'y change rien - du point de vue de la loi, Polanski est arrêté, il sera ou non relâché sous caution en attendant le procès, mais il sera jugé.
Ce qui entoure cette arrestation est peut-être parfumé de l'air nauséabond des basses manœuvres politiques, n'empêche qu'elle est parfaitement légitime dans le contexte du droit américain. Et d'une.

De deux, si l'on considère cette affaire selon le droit français, ce qui est le cas dans la plupart des analyses et qui les rend caduques, les arguments employés sont fallacieux. Et je ne parle même pas du prétexte du "talent" employé par le brave Kouchner qui semble considérer qu'un artiste de renommée mondiale peut tout se permettre. D'ailleurs, merci Bernard, le nombre de cyberdiscussions sur le sujet qui vont atteindre le Point Godwin en moins de cinq messages vont sans doute être légion. J'entends déjà le contenu : "et si les aquarelles d'Hitler avaient rencontré un succès international, Kouchner aurait excusé le génocide au nom du talent"... Bref.

En droit français, il y a deux procès en un. D'une part, la société accuse un criminel supposé et décide, s'il est jugé coupable, de la manière de s'en protéger et de le punir. C'est le côté pénal. Du côté civil, les "parties civiles", les bien nommées, demandent à l'accusé réparation de son crime envers ses victimes.
Aux Etats-Unis, le système civil est bien plus distinct qu'en France du système pénal. Il existe des possibilités d'arrangement financier entre coupable et victime ; cela ne veut pas dire que les poursuites pénales sont abandonnées, seulement que la victime est indemnisée à la hauteur qu'elle estime juste des préjudices subis par accord direct entre les deux parties, sans que le juge intervienne.

En France, cela n'existe pas en matière de crime. Il faut que les victimes ou leurs représentants se constituent parties civiles, donc participent activement au procès, pour percevoir ce qu'on appelle des dommages-intérêts. La grande différence est qu'en France, c'est le juge qui fixe la réparation financière ; les parties civiles n'ont pas autant de marge de manœuvre pour négocier directement avec le criminel - mais les choses sont en train de changer. En gros, si les parties civiles retirent leur plainte, le criminel reste jugé au pénal - et pourra être puni d'une amende ou d'emprisonnement - mais les victimes ne seront pas indemnisées.

L'autre grande différence française est qu'il existe une prescription pour ce type de crime. S'il avait eu lieu en France, le crime de Polanski serait prescrit. La prescription est surtout valable pour le côté pénal d'une affaire. En effet, on estime qu'un violeur qui ne récidive pas pendant trente ans ne représente pas vraiment une menace pour la société. Il est donc inutile que la société cherche encore à s'en protéger. C'est compréhensible si l'on considère qu'une peine de prison n'est pas prononcée pour venger la victime mais pour empêcher que le violeur ne recommence sur quelqu'un d'autre.

La peine "pénale" en effet n'est là que pour éviter la récidive - je suis d'accord, il y aurait des choses à en dire - alors que ce sont les dommages-intérêts qui sont là pour "réparer" le tort causé à la victime. En aucun cas la peine prononcée dans un jugement pénal ne peut être amalgamée au fait de donner satisfaction à une victime.

Dans un procès, une victime ne reçoit que deux choses : la première, c'est un coupable. C'est bête à dire, mais la reconnaissance de la culpabilité de quelqu'un et son corollaire, la reconnaissance de la victime en tant que telle, est déjà un mode de réparation. C'est en tout cas la base de la reconstruction personnelle de la victime. La deuxième chose, c'est une compensation financière estimée par le juge en relation avec le préjudice subi et la demande des parties civiles.

punition du criminel n'a en revanche absolument rien à voir avec une réparation envers la victime, ou une punition à la satisfaction de la victime. D'ailleurs, ce ne sont jamais les parties civiles qui demandent une peine, mais le Procureur de la République. C'est la société qui demande une peine, pas les victimes. Le contraire indiquerait qu'un procès ne serait qu'une institutionnalisation de la vengeance des victimes - soit la barbarie.

En conséquence de quoi la prescription - y compris pour les viols et les crimes les plus odieux - a toute sa place dans le système judiciaire français, qui a, lui, aboli la peine de mort. Parce qu'on imagine que les hommes sont perfectibles et peuvent changer de route quand ils ont fait des erreurs.

Cela ne veut bien sûr pas dire qu'il faut arrêter de poursuivre les criminels avant la prescription ni qu'ils ne doivent pas être sévèrement punis s'ils sont attrapés. Il serait peut-être par contre bon de séparer prescription pénale et prescription civile, car si le criminel a cessé au bout d'un temps d'être dangereux pour la société, a cessé d'être un criminel, il n'en a pas moins un devoir de réparation imprescriptible envers la victime qui, elle, ne cesse jamais de l'être.



Probablement à suivre

Repost 0
Published by la carne - dans Dossiers à charge
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 17:50

Des hommes nus cherchent de l'argent pour emmener des enfants en vacances.
Non, Marc Dutroux ne s'est pas évadé et Cohn Bendit n'est toujours pas président de la République, c'est seulement l'initiative de très bon goût d'une association qui fait poser nues quelques "stars" du cinéma français : Pascal Légitimus, Antoine de Caunes, François-Xavier Demaison... sont quelques uns des acteurs qui ont donné de leur personne pour illustrer ce calendrier copié sur les Dieux du Stade.
Outre l'affligeant manque d'imagination de l'initiative, on remarquera avec, c'est vrai, un mauvais esprit manifeste, que le fait d'utiliser la nudité de quadras bedonnants pour payer des vacances à des mômes déshérités prête le flanc à des remarques manquant de sérieux...
J'adore décidément les "communiquants" qui nous pondent des opérations de cette envergure...


Repost 0
Published by la carne - dans Moins brèves
commenter cet article
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 12:05
Les astuces de Mollah Doudou

Pensez à revendiquer les crashes d'airbus avant même le décollage, pour gagner du temps. Ne laissez pas de stupides sondes Pitot vous couper l'herbe sous le pied alors qu'il y a de la pub à se faire.
Le chiffre du mois

57. C'est le pourcentage de français qui ne partiront pas en vacances cette année. C'est aussi, étrangement, la surface de plage en cm² qu'auront gagnée ceux qui partent. Comme quoi, faut pas voir tout en noir.

 
Le saviez-vous ?

En conformité avec la laïcité positive, la terre sera ronde une semaine sur deux.

 
Savoir-vivre

Le pliage des serviettes, c'est très dur, c'est pourquoi il est recommandé de ne point trop fustiger les employeurs de soubrettes chinoises prépubères.

 
Horoscope

Ce mois-ci, tous les signes du zodiaques gagneront au Loto. Ca va être un  de ces bordels !
Ca s'est passé en juillet

1789, le 14. Place de la Bastille. Roger, livreur de cymbales chez Paul Beusher, percute avec son camion un triporteur qui remontait sur Stalingrad plein de sacs prétendument emplis de farine. Le ton monte.
Le saint des saints

Ce mois-ci, Saint Plomb est à l'honneur. Il s'en est pris dans le train, celui-là.
Le jour du mois

Ce mois-ci, c'est la Fête Nationale. Cette année, c'est l'Inde qui est ivitée pour défiler à notre Gay-Pride en Kaki.


 
Repost 0
Published by la carne - dans Almanachs
commenter cet article
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 21:21

Entendu au Café de Flore...
 


BERNARD-HENRI, pensif
 

J'ai arpenté les auberges bosniaques et les palaces des confins géorgiens... J'ai connu les cinq continents et côtoyé la misère du service de nombreux Hilton... il est temps, je me l'avoue, de jeter un regard lucide sur ces pérégrinations humanitaires. Certes, j'ai accompli pour l'humanité (enfin, au moins pour "Le Point") des travaux herculéens dans le domaine de la pensée contemporaine. Mais je dois dès à présent commencer à songer à la postérité. Et je ne parle pas des rejetons dombasliens dont je suppose qu'aucun ne pourra prétendre à relever le gant de porter haut mon nom auréolé de gloire. 


 

SOCRATE


Eh, ton auréole, elle sent la crème fouettée, Nanard ; ce qui va rester de toi, c'est une tache de tarte sur un costar. Tu as raison sur un point , celle de ta progéniture ; pour ma part, j'aurais jamais échangé mon bidon de Platon contre ton baril d'Arielle.


 

BERNARD-HENRI
(furieux, jetant d'un geste rageur son écharpe blanche en arrière)


Quoi, quoi ? Allez, relève-toi si t'es un homme !
(puis, réalisant :)
Mais je te connais !


 

SOCRATE


Eh, connais, connais... Connais-toi toi-même d'abord !
Du calme, BHV, je suis pas Le Gloupier et je dis ça pour rendre service. Tu me remercieras le jour où la fournée de cuistres prétendument penseurs de notre époque se fera épingler aux portes des granges, les Finkelkraut et consort, et que grâce aux enseignements que je vais te donner, là, maintenant, tu vas les coiffer au poteau et devenir le Voltaire incontesté du XXIème.


 
BERNARD-HENRI


Arrondissement ?

 

SOCRATE


Siècle, crétin !

 

BERNARD-HENRI


Merveilleux ! Cher Maître, m'allez-vous convoyer vers le théâtre furieux de conflits exotiques riches en réflexions sur la Rive Gauche et en alcools fins ? Ou bien au sommet de quelque building américain pour apercevoir depuis le penthouse la futilité de l'agitation des villes ?

 

SOCRATE


(Soupir)
C'est pas gagné... Bon, marchons un peu, j'aperçois pas loin l'Hôtel du Pou Nerveux et du Philosophe Réunis, je vais te montrer ce que c'est qu'un péripatétitien. Et puis ça te changera des George V divers que tu polluas de ta présence impudique de charognard.

 

*
*      *


(Jetons le voile sur la maïeutique qui s'opéra alors, et reprenons à la sortie de l'Hôtel)

 

*
*      *


 

BERNARD-HENRI, boîtant


Tout est clair pour moi, désormais ! Je suivrai ton enseignement, ô Socrate, père des Hommes ! Vite, une pharmacie !


 

SOCRATE


N'oublie pas : dans "ciguë", le tréma est sur le "e".


 

Repost 0
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 17:03

14 juillet 2009


Procès des Barbares

Les associations juives protestent contre le verdict, trop clément selon elles à l'encontre des complices de Fofana. C'est vrai, d'ailleurs, à quoi bon passer par un juge : un train direct pour Auschwitz aurait largement fait l'affaire pour toute la bande.

Lutte contre la délinquance

Les recommandations de Sarkozy en matière de lutte contre la délinquance passent mal : pourtant mises en oeuvre dans le plus grand respect de

la tradition, elles semblent choquer à Firminy et Louviers.


Crise

Des employés d'un sous-traitant de Renault menacent de faire sauter leur usine en liquidation. Ils devraient commencer par y séquestrer le patron.
Régime

Deux français kidnappés en Somalie ; y'en a qui feraient n'importe quoi pour maigrir avant les vacances.
Recyclage

Une manifestation tourne à la bataille rangée à Montreuil. Dominique Voynet désespère : "C'est pas comme ça que je comptais mettre en place le tri sélectif".
EDF

Son patron réclame une hausse de 20% des tarifs. Après la levée de boucliers d'usage au gouvernement, de combien sera finalement la hausse ?
Ah ben oui, car il y en aura quand même une, hein.
Chine

Répression au Xinjiang : ça va être plus dur à dire que "free Tibet". Mais les Oïgours étant musulmans, on devrait moins en entendre parler.

Perpignan

Alduy a été réélu malgré le scandale de la fraude "aux chaussettes". Les Pyrénées Orientales deviennent officiellement colonie Varoise.

Affaires

Julien Dray affirme que ses tracasseries judiciaires proviennent de l'Elysée. Il s'attendait à une proposition d'"ouverture"... il a eu une ouverture d'enquête.

Délinquance

Un voleur de talons hauts a été arrêté ; vérifications faites, ce n'était pas Sarkozy mais un fétichiste allemand.

 

Repost 0
Published by la carne - dans Brèves
commenter cet article